Financial donations

Breadcrumb trail

Nicholas

À sa naissance, douze semaines avant terme, Nicholas pèse moins d’un kilo. Minuscule et fragile, il ne peut pas lutter efficacement contre les microbes : son système immunitaire est trop faible. Il doit recevoir des soins médicaux d’urgence. Pour suivre son état, on lui prélève du sang chaque jour, mais ces prélèvements font rapidement diminuer ses réserves déjà limitées. Les bébés prématurés aussi petits que Nicholas ne produisent pas leurs propres globules rouges.

Alors qu’elle est enceinte de 25 semaines, la mère de Nicholas, Shannon, apprend qu’elle souffre de prééclampsie, une maladie qui touche certaines femmes pendant la grossesse et qui peut entraîner plusieurs complications. Lorsque son fils vient au monde, douze pleines semaines plus tôt que prévu, il tient dans le creux de sa main.  

Quelques jours après sa naissance, Nicholas doit subir une transfusion de sang, car son taux d’hémoglobine est dangereusement bas. Le corps d’un bébé contient beaucoup moins de sang que celui d’un adulte moyen, qui en contient cinq litres, mais chez les nourrissons aussi petits que Nicolas, le volume sanguin n’est qu’une fraction de ce qu’il devrait être. Bébé Nicholas a donc besoin de sang, et comme il lui en faut seulement une petite quantité, on divise le don de sang en quatre.

Beaucoup de parents gardent des photos des « premières » de leurs enfants : premier jour de vie, premier jour à la maison, etc. Nicholas, lui, a dans son album une photo bien différente de celles des autres enfants. « C’est une photo de sa première transfusion, raconte Shannon. Ce jour-là, un donneur lui a sauvé la vie. »

Trois semaines plus tard, le taux d’hémoglobine de Nicholas chute de nouveau et le poupon a besoin d’une deuxième transfusion. Il aura fallu un seul don de sang pour sauver la vie de Nicholas non pas une, mais deux fois.

Trois semaines plus tard, le taux d’hémoglobine de Nicholas chute de nouveau et le poupon a besoin d’une deuxième transfusion. Il aura fallu un seul don de sang pour sauver la vie de Nicholas non pas une, mais deux fois.

Après trois mois à l’hôpital, Nicholas a finalement pris le chemin de la maison avec ses parents et son grand frère. Il vient de fêter son septième anniversaire. Plus tard, il aimerait devenir ophtalmologiste. Pour remercier les donneurs, il a écrit ce petit mot :

Il faut environ 100 000 nouveaux donneurs de sang chaque année pour répondre aux besoins des patients dans les hôpitaux. La moitié des Canadiens auront besoin de sang un jour ou connaissent quelqu’un qui en aura besoin. Pourtant, seulement 4 % de la population canadienne donne du sang.

En tant que donateur, vous appuyez des projets et des programmes qui nous aident à recruter des donneurs, à améliorer nos collectes et, ultimement, à maintenir les réserves de sang pour les patients comme Nicholas. Tout comme le don de sang qu’a reçu Nicholas, votre don en argent contribuera à sauver des vies.

Aidez-nous à bâtir un meilleur système du sang pour les patients comme Nicholas.